Les arts mexicains, un peu d'histoire

 

Ce symbole semble trouver ses origines au Moyen Âge, au temps des Croisades, sur les armures ou équipements militaires, utilisés par certaines armées européennes. Annonciateur de terreur, les batailles se suivaient d'expositions de crânes dans les lieux publics pour rappeler le triomphe et effrayer les villes voisines.

Le symbole est par exemple utilisé par la Compagnie de la Mort italienne dès le XIIe siècle.

Ces navires portant le pavillon Jolly Roger, auraient ainsi considérablement fait augmenter la piraterie à cette époque, en Atlantique, Manche, Mer du Nord et Méditerranée.

Au 18em siècle, lors de la recherche de la Route des Indes par les navigateurs européens, la piraterie s'est à nouveau fortement développée.

Pour être craints des autres navires et annoncer le combat, les pirates étendaient alors des drapeaux noirs avec une tête de mort blanche pour semer la terreur sur les mers en tuant les équipages et en s'appropriant les navires et les richesses qu'ils contenaient.

Le symbole, sous le nom allemand de totenkopf, est arboré par un ordre de chevalerie au XVIIe siècle puis des unités de hussards au XVIIIe siècle, en particulier le 5e régiment puis la Légion noire, et repris par les Hussards de la Mort de la Révolution française et les hussards d'Alexandria russes.

Il perdurera avec les Freikorps et les unités blindés de la Wehrmacht. Le Totenkopf sera utilisé aussi comme emblème nazi, en particulier pour la SS.

 

L'importance du crâne tient à la représentation de cette partie du corps dans de nombreuses légendes européennes et asiatiques…

Dans la civilisation Maya en Amérique, qui trouve son origine dès la préhistoire, la croyance en dieux se décompose en deux catégories, selon une distinction binaire entre le bien et le mal.

En Asie, nous retrouvons la symbolique du crâne dans le bouddhisme et l'hindouisme à travers leur art religieux..

Dans la culture chrétienne la fatalité morbide du crâne est nuancée par la foi envers l'au-delà et d'une vie après la mort.

La conception biblique du crâne est illustrée par le Golgotha aussi surnommé le "mont du crâne" où serait enterré Adam, son crâne et ses tibias étant représentés au pied de la croix de Jésus.

Pour l’anecdote, Salvador Dali, Picasso, Andy Warhol et William Shakespeare ont également utilisé l’image de la tête de mort dans leurs œuvres. Sans oublier le célèbre logo des HellsAngels ou le fameux drapeau pirate, constitué dans l’imaginaire collectif par une tête de mort et deux tibias entrecroisés.